Qu'est-il arrivé aux mariages d'Henri VIII?
mars 26, 2020 Par sexe2 0

Qu’est-il arrivé aux mariages d’Henri VIII?

Aujourd’hui, nous associons les mariages royaux à de grandes célébrations publiques, à une grande procession, à une magnifique cérémonie à l’abbaye de Westminster, à la cathédrale Saint-Paul ou à la chapelle Saint-Georges à Windsor et à une apparition publique sur le balcon du palais de Buckingham. Le mariage royal moderne, comme nous le savons, ne remonte qu’à 1840, lorsque la reine Victoria a épousé le prince Albert. Avant cela, les mariages royaux étaient généralement des affaires privées, célébrés dans des chapelles royales avec peu de fanfare publique. Alors, à quoi ressemblerait un mariage pour le monarque le plus marié d’Angleterre, Henri VIII? Lisez la suite et découvrez …

1

Katherine d’Aragon

Les six mariages d’Henri VIII étaient tous privés. Quand, à dix-huit ans à peine, il devint roi en 1509, il était d’une nécessité politique et dynastique qu’il se marie et génère un héritier le plus tôt possible, pour assurer la pérennité de la dynastie Tudor. Les membres survivants de la maison rivale de York avaient probablement une meilleure prétention sur le trône d’Henry, et le spectre de la guerre des roses semblait toujours imminent.

Les nouveaux conseillers du roi le pressèrent d’épouser Katherine d’Aragon, la princesse espagnole à laquelle il avait été promis mari depuis 1503 et la veuve de son frère aîné, Arthur, prince de Galles. Katherine avait un grand don et la perspective d’une guerre avec la France – l’ennemi héréditaire de l’Angleterre – rendait encore plus souhaitable une alliance avec l’Espagne. Son père, le roi Ferdinand d’Aragon, poussait Henry à l’épouser immédiatement et lui promettait de nombreux avantages politiques s’il le faisait.

Mais Henry hésita. Il était mal à l’aise dans sa conscience, se demandant s’il commettrait un péché en épousant la veuve du frère décédé, car de telles unions étaient interdites dans les Écritures. Le roi Ferdinand se hâta de le rassurer que le mariage serait parfaitement légal, étant donné que le pape avait accordé une dispense pour cela. Il était sûr qu’Henry apprécierait le plus grand bonheur avec Katherine et qu’il laisserait de nombreux enfants derrière lui.

Le Conseil privé a également fait pression sur le roi. « Nous avons le garde-manger du Pape », ont-ils déclaré. « Serez-vous plus scrupuleux que lui? »

Henry a convenu qu’il y avait de nombreuses bonnes raisons pour le mariage. Surtout, déclarait-il, il désirait Katherine par-dessus toutes les femmes; il l’aimait et désirait l’épouser. Malgré ses six ans d’ancienneté, elle l’a trouvée attirante, avec ses longs cheveux dorés et sa peau claire, sa dignité, sa lignée et sa grâce. Tout en elle la proclamait une compagne appropriée pour le roi d’Angleterre.

Ce que Henry ressentait pour elle semble avoir été l’amour sous sa forme la plus chevaleresque

Ce que Henry ressentait pour elle semble avoir été l’amour sous sa forme la plus chevaleresque, couplé à un profond respect. Et l’honneur l’obligeait à l’épouser et, comme un vieux chevalier errant, à la sauver de la pénurie dans laquelle son père l’avait gardée, elle gagna ainsi son amour et sa gratitude. Ce fut un grand geste qui fit un grand appel à la présomption de jeunesse du roi.

Un jour, au début de juin 1509, le roi arriva aux appartements de Katherine à Greenwich Palace. Il est venu seul, a renvoyé ses assistants et, la soulevant de son arc, a déclaré son amour pour elle et lui a demandé d’être sa reine. Sans hésitation, il a accepté avec joie.

Ils se sont mariés le 11 juin, jour de la fête de Saint-Barnabé, dans le placard de la Reine à Greenwich, avec William Warham, archevêque de Cantorbéry, pour officier. Katherine portait un blanc vierge, avec ses longs cheveux lâches sous un cerceau d’or. Après le mariage, la petite noce s’est rendue à la chapelle des frères observateurs à côté du palais pour écouter la messe. Il n’y a aucune preuve qu’Henry et sa nouvelle reine soient couchés publiquement, comme c’était généralement la coutume, mais il ne faisait aucun doute que le mariage avait pris fin cette nuit-là, car Katherine était immédiatement tombée enceinte.

Si, comme les preuves le suggèrent fortement, il est né de son premier mariage virgo intactaHenry était également susceptible d’être vierge le soir du mariage. Aucune source ne laisse entendre qu’il était sexuellement actif avant son adhésion. Il avait mené une vie presque cloîtrée, sous la surveillance étroite de son père et de ses tuteurs, et il était probable qu’il n’y avait pas eu d’amitié avec les filles.

Le mariage d’Henry et Katherine a été proclamé quatre jours plus tard, le 15 juin. Le même jour, Katherine a comparu pour la première fois devant le tribunal en tant que reine d’Angleterre.

Il avait adopté la grenade comme un insigne personnel, symbole de fertilité depuis l’Antiquité, mais il ne pouvait pas porter Henry, le fils dont il avait besoin pour garantir la succession. De ses six enfants connus, un seul, la princesse Maria, a survécu à l’enfance. À cette époque, il était impensable qu’une femme règne sur l’Angleterre et exerce une domination sur les hommes. En 1524, on savait que la reine n’aurait plus d’enfants et, en 1526, Henry était passionnément tombé amoureux de sa demoiselle d’honneur, la vivante, accomplie et ambitieuse Anne Boleyn.

En 1527, Henry a commencé à exprimer des doutes quant à la légitimité de son mariage avec la veuve de son frère et a demandé au pape une annulation, qui a été suspendue dans l’espoir pour les sept prochaines années. À ce stade, frustré et aliéné, il avait rompu avec Rome et s’était déclaré le chef suprême de l’Église d’Angleterre, et Thomas Cranmer, son nouvel archevêque de Cantorbéry, avait déclaré nulle et non avenue l’union d’Henry avec Katherine et confirmé sa mariage avec Anne Boleyn. Henry n’avait pas attendu les formalités.

2

Anna Boleyn

La date exacte du mariage d’Henry avec Anne Boleyn est controversée. Un envoyé milanais en France pensait qu’il s’était marié lors de leur visite à Calais en octobre 1532, mais le chroniqueur Edward Hall a déclaré: « Après son retour, le roi a épousé en privé Mme Anne Boleyn le jour de Saint Erkenwald, dont le mariage était si secret que très peu le savaient. « 

Le groupe de traduction de St Erkenwald est tombé le 14 novembre, le lendemain du retour d’Henry et Anne en Angleterre, mais il est très peu probable qu’ils se marient en voyageant à travers le Kent jusqu’à Eltham Palace, en particulier à la lumière du témoignage de deux personnes qui ils étaient beaucoup plus proches des événements d’Edward Hall.

« Le mariage du roi a été célébré, a-t-on appris, le jour de la conversion de Saint Paul (janvier 1533) », écrivait l’ambassadeur impérial le 10 mai 1533, tandis que l’archevêque Cranmer déclarait, dans une lettre datée du 17 juin 1533, que Anne était « très mariée pour la Saint-Paul la dernière fois, car son état semble bon, car elle est maintenant un peu plus âgée avec le bébé. »

Hall, qui adorait Henri VIII, ne voulait pas laisser entendre que sa fille Anna avait accouché le 7 septembre 1533, avait été conçue hors mariage. Sa datation du mariage au mois de novembre précédent était basée sur des informations incorrectes ou était une erreur délicate et délibérée. Il ne fait aucun doute que c’est la découverte qu’Anna pourrait être enceinte qui a incité le roi à anticiper le pape et à l’épouser.

Portrait d'Anne Boleyn

Les récits contemporains ne peignent pas Anne comme une grande beauté, mais comme une peau jaunâtre
et marron. (Photo de DeAgostini / Getty Images)

Peu avant l’aube du 25 janvier 1533, un petit groupe de personnes s’est réuni dans la chapelle privée d’Henry au Whitehall Palace pour son mariage secret avec Anne.

« Il a été rapporté dans une grande partie du royaume que je l’ai épousée, ce qui était manifestement faux », a protesté Cranmer, « puisque moi-même je n’en savais rien quinze jours après que cela a été fait. » Le prêtre officiant était le Dr Rowland Lee, l’un des aumôniers royaux, ou George Brown, prieur des moines Austin à Londres.

Peut-être le prêtre a-t-il été informé que le pape avait sanctionné le mariage; un envoyé royal venait de rentrer de Rome, ce qui porte à croire que le pape avait donné son consentement tacite. Quant à Henry, il n’avait jamais été légalement marié et était libre de contracter mariage à volonté.

L’incapacité d’Anne à avoir un enfant l’a rendue ouverte aux machinations de ses ennemis, qui ont fait de leur mieux pour profiter de l’intérêt croissant d’Henry pour Jane Seymour.

Les quelques témoins ont juré en silence. Le mariage et la grossesse d’Anne sont restés strictement secrets jusqu’au dimanche de Pâques 1533, quand, « chargée de diamants et d’autres pierres précieuses », elle est allée « dans l’état réel, ouvertement en tant que reine » dans son placard pour écouter la messe , avec 60 honorables serveuses pour la suivre. Ayant enfin remporté son roi, il avait adopté la légende « Le plus heureux » pour sa devise.

Son mariage a duré un peu plus de trois ans. Son incapacité à porter un fils l’a rendue ouverte aux machinations de ses ennemis, qui ont fait de leur mieux pour profiter de l’intérêt croissant du roi pour la demoiselle d’honneur d’Anne, Jane Seymour. Accusée de trahir Henry avec cinq hommes, l’un de ses frères, et d’avoir l’intention de l’assassiner, elle a été décapitée le 19 mai 1536.

3

Jane Seymour

Henry VIII était au palais de Whitehall lorsque les canons de la tour ont signalé qu’il était un homme libre. Immédiatement, il a ramé à Chelsea, où Jane Seymour attendait. Leur relation avait pris de l’ampleur depuis l’automne.

Portrait de Jane Seymour

Jane a donné à Henry le fils pour lequel il avait déjà mis de côté deux reines. (Photo de The Print Collector / Getty Images)

Le Conseil privé avait précédemment demandé à Henry de s’aventurer une fois de plus dans le mariage sacré, affirmant l’incertitude entourant la succession, puisque les deux filles du roi avaient été déclarées bâtardes. Un mariage rapide était souhaitable et nécessaire, et le jour où la tête d’Anne tomba, les fiançailles imminentes d’Henry avec Jane Seymour furent annoncées au Conseil. À neuf heures du matin le lendemain, ils ont été officiellement engagés à Hampton Court lors d’une cérémonie de plusieurs minutes.

Henry et Jane se sont mariés le 30 mai au Whitehall Palace. La cérémonie a eu lieu dans le placard de la Reine, avec l’archevêque officiant Cranmer. Par la suite, Jane était intronisée sous la verrière du domaine dans la salle de présence. Certains trouvaient étrange que «dans le même mois où elle a vu la reine Anna fleurir, accuser, condamner et exécuter, une autre a été embauchée, au lit et en l’honneur».

Jane est décédée en octobre 1537, après avoir présenté le fils tant attendu d’Henry, Edward. Il a pleuré profondément, mais « a encadré son esprit » pour se marier à nouveau pour le bien de son royaume.

4

Anna de Clèves

Mais quand il a vu Anne, il a compris qu’il ne pourrait jamais l’aimer. Il fit tout son possible pour échapper au contrat, mais en vain et le 6 janvier 1540, il se prépara à contrecœur pour son mariage au palais de Greenwich.

« Il n’y a pas d’autre remède, mais que dois-je, contre ma volonté, mettre mon cou dans le joug? » Grogna-t-. Néanmoins, elle s’est habillée magnifiquement pour son mariage dans une robe en tissu doré avec de grandes fleurs argentées, « son manteau de satin crémeux coupé et brodé, noué avec de gros diamants et un col riche au cou ».

Lorsque son Premier ministre, Thomas Cromwell, qui avait organisé le mariage, l’aida dans sa salle de présence, Henry murmura: «Mon seigneur, si ce n’était pour satisfaire le monde et mon royaume, je ne ferais pas ce que j’ai à faire aujourd’hui pour quiconque chose terrestre. « 

Informé de l’arrivée de sa fiancée, il se rend à la galerie de la chapelle. A huit heures, Anne est apparue, somptueusement vêtue «d’une robe de riche étoffe d’or sertie de grandes fleurs de grande perle d’Orient, faite selon la mode hollandaise, aux cheveux pendants, clairs, jaunes et longs; et sur sa tête un coronal doré rempli d’une grosse pierre « . Il était plein de brins de romarin, qui symbolisaient l’amour, la loyauté et la fertilité, et des bijoux coûteux étaient autour du cou et de la taille.

Ce portrait d'Anne de Clèves, peint par Hans Holbein le Jeune en 1539, enchanta Henri VIII. Malheureusement, le roi a été beaucoup moins impressionné par sa nouvelle épouse lorsqu'il l'a rencontrée en chair et en os. (Photo de © Historical Picture Archive / CORBIS / Corbis via Getty Images)

Ce portrait d’Anne de Clèves, peint par Hans Holbein le Jeune en 1539, enchanta Henri VIII. Malheureusement, le roi a été beaucoup moins impressionné par sa nouvelle épouse lorsqu’il l’a rencontrée en chair et en os. (Photo de © Historical Picture Archive / CORBIS / Corbis via Getty Images)

Précédée par Cromwell, et marchant parmi les envoyés allemands avec une expression très sage, elle a fait trois basses révérences à Henry, et ensemble ils se sont rendus à la Chapelle Royale, où Cranmer attendait pour célébrer la cérémonie.

Le roi n’a pas protesté. Lui et Anne ont répondu librement qu’ils ne connaissaient aucun obstacle au mariage. Sur son doigt, il a mis une bague gravée avec la devise « Dieu m’envoie bien pour tenir ».

Après que Cranmer les ait bénis et leur ait souhaité une union fructueuse, Henry et sa nouvelle reine sont allés main dans la main dans le placard du roi pour entendre la messe. Cranmer embrassa Anne sur la paix, sur laquelle le roi à son tour l’embrassa et l’embrassa. Par la suite, du vin et des épices ont été servis.

Ainsi « ce jour s’est passé de manière honorable ». Le couple nouvellement marié a été cérémonieusement mis au lit ensemble pour faire son devoir dynastique. Le lit double avait une tête de lit en chêne avec des sculptures érotiques de chérubins priapiques et enceintes, mais ils avaient peu d’effet sur Henry. Le mariage n’a pas été célébré.

Le lendemain matin, le roi s’est plaint à Cromwell d’avoir « détesté » Anne. « Bien sûr, mon seigneur, comme vous le savez, je ne l’aimais pas avant, mais maintenant je l’aime bien pire, parce que je sentais son ventre et ses seins, et donc, comme je peux en juger, elle ne devrait pas être une femme de chambre, donc je ils se lient au cœur lorsque je sens que je n’ai ni la volonté ni le courage d’aller plus loin dans d’autres domaines. « 

À plusieurs reprises, il a adressé des plaintes similaires à d’autres courtisans. Peut-être qu’il disait juste ce qu’il croyait être la vérité. Très probablement, il voulait une excuse pour ne pas avoir consommé le mariage, afin qu’il puisse être annulé sans difficulté dès que les raisons ont été trouvées. Comme ils l’étaient effectivement, et en juillet 1540, elle fut dissoute.

La chute de Thomas Cromwell

Le miroir et la lumière, l’épisode final très attendu de Hilary Mantel Wolf Hall trilogie, se concentre sur les quatre dernières années de la vie de Thomas Cromwell, de 1536 à 1540. C’est aussi l’une des périodes les plus dramatiques de l’histoire britannique, écrit Tracy Borman …

Lire la suite

Un portrait de Thomas Cromwell

5

Katherine Howard

À ce moment-là, Henry était tombé amoureux d’une belle fille de 19 ans, Katherine Howard. Elle était la petite-fille du duc de Norfolk, le principal pair catholique anglais. Norfolk et son groupe l’avaient mise sur la route du roi parce qu’ils voulaient voir une bonne reine catholique sur le trône; Henry est rapidement assiégé et décide d’épouser Katherine.

Aujourd’hui, ce qui reste du manoir Oatlands est situé sous un complexe résidentiel à Weybridge, Surrey. C’était une retraite préférée de Henry, et il y a amené Katherine pour leur mariage, célébré en privé le 28 juillet 1540 par Edmund Bonner, évêque de Londres. Pendant dix jours, le secret absolu a été maintenu.

Portrait censé être Katherine Howard

Katherine a acquis sa réputation de personnage frivole qui ne s’occupait que de beaux vêtements. (Photo de The Print Collector / Getty Images)

Enivré par son épouse, le roi voulait passer du temps seul avec elle avant de la montrer au monde. En fin de compte, apparemment, il avait trouvé une femme qui incarnait les qualités qu’il admirait le plus chez les femmes: la beauté, le charme, une disposition agréable et, croyait-il, la vertu. Il se considérait comme béni. Que Katherine soit ravie est une question de conjecture, car son mari avait prématurément vieilli près de 50 ans, avec une taille de 54 pouces et une jambe putride.

Mais Katherine avait un passé dont Henry ne savait rien et la poursuivait de plus en plus. En 1541, des preuves de relations sexuelles ont été révélées avant son mariage et après l’adultère. Henry a fondu en larmes sur le conseil, puis a demandé une épée avec laquelle la tuer qu’il avait adoré. Il a été exécuté en février 1542.

Henry a fondu en larmes, puis a demandé une épée

La tragédie a laissé Henry misérable et seul, mais il n’est pas pressé de se remarier. Cela aussi, car, selon l’ambassadeur impérial, peu de femmes à la cour se sont empressées d’aspirer à un tel honneur.

6

Katherine Parr

Au fil du temps et dans son humeur décontractée, Henry a commencé à chercher un partenaire pour ses années de déclin et a proposé de se marier avec Katherine Parr, une veuve intelligente et intelligente de 30 ans.

Katherine hésitait à épouser le roi parce qu’étant à son tour l’épouse d’un garçon malade et d’un homme malade, elle avait tenté d’épouser le galant Sir Thomas Seymour, le frère de la reine Jane. Henry, reniflant un rival, a envoyé Seymour à l’étranger et a réclamé Katherine pour lui-même.

Reniflant un rival, Henry a envoyé Seymour à l’étranger et a réclamé Katherine pour lui-même

Le 10 juillet 1543, l’archevêque Cranmer a délivré une licence spéciale pour leur mariage et, deux jours plus tard, le mariage a eu lieu en privé dans le placard de la Reine à Hampton Court, au milieu de nombreuses joies. La petite-fille du roi, Lady Margaret Douglas, était l’assistante principale de la mariée. Lorsqu’on lui a demandé s’il prendrait Katherine Parr comme épouse légitime, il a répondu « Oui », « avec une expression joyeuse ».

Katherine s’est avérée être une reine admirable et une belle-mère aimante pour les enfants d’Henry, qui l’aimaient tous. C’était populaire et on disait que chaque jour était comme un dimanche à la cour. La confiance du roi était telle en elle qu’en envahissant la France en 1544, elle nomma son régent d’Angleterre en son absence. À sa mort en 1547, une riche veuve la quitta.

La carrière de mariage d’Henri VIII montre que les ornements extérieurs du mariage royal ne représentaient que la moitié de l’histoire – le gant de velours, plutôt que le fer d’abord à l’intérieur – et réfutait le fait que les célébrations de ses mariages resteraient dans les mémoires comme la couverture cérémonielle d’une alliance maléfique et parfois brutale.

Mariages royaux britanniques: une histoire dans un vase

1100

Henry Ier fut le premier à se marier à l’abbaye de Westminster en 1100. Depuis, il a accueilli plus d’une douzaine de mariages royaux, plus récemment celui du prince William et de Kate Middleton.

1328

Edward III a choisi York Minster pour son mariage avec Philippa di Hainault en 1328, bien qu’il soit encore en construction et sans toit. Le roi avait une sorte de mariage blanc, alors qu’il neigeait pendant la cérémonie.

1464

Edward IV a gardé secret son mariage avec Elizabeth Woodville, car il était veuve et gens du commun. La date exacte de leur mariage en 1464 est toujours en discussion.

1503

Henry VII a envisagé un mariage entre James IV d’Écosse et sa fille de cinq ans, Margaret. Elle a été fiancée (par procuration) en 1502, à l’âge de 12 ans. Margaret n’a rencontré son mari que l’année suivante.

1736

L’adolescente la princesse Augusta ne voulait pas vraiment poursuivre son projet de mariage avec le prince de Galles, Frederick, en 1736. Sur le chemin de la cérémonie, elle a supplié sa mère: «S’il vous plaît, ne me quittez pas» et est tombée malade peu de temps après.

1816

La plus ancienne robe de mariée royale survivante appartenait à la princesse Charlotte, fille de George IV, qui a épousé le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Saalfeld. Il en coûte plus de 10 000 £ (environ 400 000 £ aujourd’hui).

1840

Nous devons remercier la reine Victoria pour la robe de mariée blanche. Bien qu’elle n’ait pas été la première à porter du blanc, son mariage avec Albert le 10 février 1840 a fixé le niveau que toutes les autres mariées devaient égaler. Avant cela, n’importe quelle couleur pouvait être portée, y compris le noir plutôt funéraire.

1923

Le futur George VI a proposé trois fois avant qu’Elizabeth Bowes-Lyon n’accepte de l’épouser. Le mariage a eu lieu en 1923, et a été fait un événement public pour élever le moral national à la suite de la Première Guerre mondiale.

1936

Les rencontres royales scandaleuses ne manquaient pas, mais lorsque Edward VIII a annoncé son désir d’épouser Wallis Simpson, déjà divorcé deux fois, cela a conduit à une crise constitutionnelle. En 1936, Edward a abdiqué le trône.

1947

Le gâteau de mariage d’Elizabeth II était une imposante tour de 1,5 mètre de haut sur quatre étages – assez pour avoir une tranche pour les 2000 invités.

1960

Le premier mariage royal à être télévisé a eu lieu en 1960, lorsque la princesse Margaret, sœur de la reine, a épousé le photographe Antony Armstrong-Jones.

1981

Diana Spencer était tellement nerveuse à propos de son mariage en 1981 avec le prince Charles qu’elle a confondu son nom lors de la cérémonie, l’appelant « Philip Charles ».

Alison Weir est historienne et auteure à succès. Son dernier livre est Anna di Kleve: reine des secrets (Titre, 2019), le quatrième épisode de sa Six Tudor Queens série

Ce contenu est apparu pour la première fois dans le numéro de mai 2018 de BBC History Revealed

Si Meetic est l’expert de la rencontre sérieuse généraliste, Disons Demain est son pendant spécial sénior. Ce site ne sort pas de n’importe où, il est nécessaire en fait tout simplement de la version spéciale pour les plus de 50 de Meetic! Le site reprend donc tout le savoir-faire et l’expérience engrangée parmi son aînée pour l’appliquer à la rencontre des célibataires légèrement plus récents. Et l’on retrouve le même fonctionnement gratuit de Disons Demain que Meetic.