juin 8, 2020 Par sexe2 0

Perpignan: LGBT + 66 dépose une plainte pour une bande dessinée de presse homophobe qui cible un ami proche de Pujol

Jean-Loup Thévenot, président de l’association pour la défense des droits des homosexuels (e +) a déposé une plainte lundi 8 juin 2020 devant le tribunal de Perpignan contre la publication Le Bourricot 66. En cause, un dessin adressé à Michel Sitja, ancien chef de cabinet du maire de Perpignan et actuel directeur de l’OPHLM de la commune, pour son implication dans la campagne municipale.

Ce lundi, les locaux aux couleurs arc-en-ciel de la rue des Rois-de-Majorque ont été rouverts au public après avoir été fermés pour confinement. Au programme, la marche des fiertés, prévue fin juin, et son report à 2021, avec la possibilité d’envoyer une délégation à la gay pride de Montpellier en septembre prochain. Mais l’ordre du jour a été secoué très tôt. « A 6 heures du matin, j’ai reçu le premier appel sur un dessin homophobe qui a circulé sur les réseaux sociaux et ciblé l’un de nos membres.« , évoque Jean-Loup Thévenot. De toute évidence, son sang n’a changé que depuis à 14h15, le président des LGBT + 66 a quitté le tribunal de grande instance, sa plainte sous le bras et la colère était toujours au ventre » .Dès qu’il y aura des discours homophobes, prévenez les gens, nous serons immédiatement sur place!« lance-t-il. D’autant plus que dans ce » coup d’Etat « , la personne désignée est membre de l’association: Michel Sitja, également figure de la politique locale Landerneau, en tant que collaborateur de longue date du maire Jean-Marc Pujol.

Tu m’as donné une chance à Omo

C’est dans un article politique que le journal satirique Le Bourricot 66 a publié en ligne un dessin qui comprend une photo du directeur de la fonction publique de la HLM de la ville de Perpignan en conversation avec le maire. « Michel, je suis déçu, pour cette élection, je vous ai demandé un coup de génie, vous m’avez donné un coup de feu pour Omo. Résultat, je suis bien lavé!« , une légende du montage qui veut illustrer la perte de vitesse du candidat face à Louis Aliot au second tour.

Celui qui est également directeur de la fédération nationale LGBT + a immédiatement déposé une plainte pour « insulte homophobe publique » à la constitution d’une partie civile. « Devant n’importe quel membre, je ne peux pas lâcher prise. Nous n’avons pas à parler de l’orientation sexuelle des gens ! « , lance Jean-Loup Thévenot.
Enfin, il a rappelé que l’approche n’était pas destinée à être partisane. « Mon conseil d’administration est composé de personnes aux orientations politiques différentes, mais la volonté du président a été approuvée à l’unanimité par ses 10 membres« , Bienvenue.
Ce lundi après-midi, le dessin était toujours en ligne et largement partagé sur les réseaux sociaux.