Les vidéos virales des Africains attaqués en Chine ont été filmées il y a des années
avril 27, 2020 Par sexe2 0

Les vidéos virales des Africains attaqués en Chine ont été filmées il y a des années

Des vidéos montrant des Noirs attaqués par des Asiatiques ont été partagées des milliers de fois en ligne au cours des dernières semaines. Bien que les Africains vivant en Chine aient signalé une discrimination liée à la pandémie de coronavirus, AFP Fact Check a constaté que plusieurs images largement partagées avaient été filmées il y a des années et n’avaient rien à voir avec le virus.

«C’est un Africain qui est violé, torturé et humilié en Chine. Que devons-nous faire avec les Chinois sur nos terres? « lit un tweet partagé plus de 3 000 fois depuis sa publication le 19 avril 2020.

Les images qui l’accompagnent montrent un homme noir poussé au sol, frappé à coups de pied et à coups de pied par un groupe d’hommes asiatiques dans un marché.

Capture d’écran d’une vidéo partagée sur Twitter, prise le 23 avril 2020

Le film circule également sur Facebook (ici et ici) et YouTube (ici et ici) depuis la mi-avril.

Selon l’AFP, des Africains vivant en Chine ont fait état de stigmatisation et de discrimination au cours de la pandémie, notamment des expulsions forcées, des quarantaines arbitraires et des tests de coronavirus de masse, apparemment liés à un groupe de cas dans la communauté nigériane de la ville méridionale de Guangzhou.

McDonald s’est excusé après qu’une pancarte disant aux Noirs qu’il leur était interdit d’entrer dans une succursale de la ville avait provoqué l’indignation en ligne.

Les gens se sont rassemblés dans le quartier de « Little Africa » ​​de Guangzhou en mars 2018

AFP Fact Check a effectué une recherche d’image inversée sur les images à l’aide de l’outil InVID WeVerify et a trouvé une version plus longue publiée en 2017. La victime peut être entendue parler dans la langue nigériane Igbo, identifiée par la journaliste de l’AFP Fact Check, Mayowa Tijani .

A deux minutes du clip, l’homme crie aux passants: « Comment pouvez-vous laisser ces gens me faire ça? »

Une recherche sur Google pour l’expression « Un Nigérian battu par les Chinois » a révélé un article du site d’information nigérian Vanguard avec une vidéo qui n’est plus disponible.

« Un Nigérian est battu par des Chinois parce que … Ikechukwu Obih a posté la vidéo sur Facebook en juin 2015 (Sic)« , Lit la seule ligne de texte de l’article.

«Prenez une corde et attachez-la»

L’AFP Fact Check a retrouvé le profil Facebook d’Ikechukwu Obih et la vidéo dans un post du 12 juin 2015, intitulé « Les Chinois qui battent le Nigérian en Chine ». L’AFP a contacté Obih mais n’a pas encore reçu de réponse.

Rachel Yan, journaliste à AFP Fact Check basée à Hong Kong, a identifié le chinois parlé dans le film, audible à partir de 2 « 18 ».

« Ce n’est pas bon d’appeler la police, ils ne feront rien. Prenez une corde et attachez-la », explique un homme en mandarin.

« Il doit de l’argent aux gens depuis plusieurs années … il en doit plus de 100 », explique un autre en cantonais.

En utilisant le service de cartographie chinois Baidu Maps, AFP Fact Check a suivi la scène dans la vidéo dans une galerie commerciale de la ville de Foshan, dans la province méridionale chinoise du Guangdong.

Capture d’écran de la vidéo qui circule en ligne (à gauche) et Baidu Maps (à droite)

Une autre vidéo diffusée en ligne montre un homme noir frappé à plusieurs reprises avec des bâtons par un groupe d’hommes qui parlent une langue asiatique. Une superposition de texte sur le film indique « La Chine contre les Noirs » (Sic)».

« Maintenant, nous sommes des ESCLAVES DE CHINOIS », dit la légende sur un post Facebook partagé plus de 800 fois depuis sa publication le 16 avril 2020.

La vidéo circule également sur Instagram (ici et ici) depuis la mi-avril.

Capture d’écran de la vidéo partagée sur Instagram, réalisée le 24 avril 2020

AFP Fact Check a publié une image inversée sur la vidéo et a trouvé un article sur le site Web américain MTO News de septembre 2018 avec le clip graphique.

« Étudiante noire assassinée pour une fille chinoise datant … sur LIVESTREAM !! » le titre est lu.

Le rapport indique qu’un jeune Zambien étudiant en Chine a été battu à mort par des voyous « pour avoir fréquenté une femme chinoise ».

Capture d’écran de l’article, prise le 24 avril 2020

Attaque malaise

L’AFP Fact Check a effectué une recherche sur Google pour l’expression « Zambian beated China 2018 » et a trouvé un article qui a dissipé la réclamation indonésienne TurnBackHoax pour les faits depuis septembre 2018.

La vérification des faits de TurnBackHoax indique que la vidéo montre un voleur présumé attaqué en Malaisie, pas un homme battu en Chine pour avoir fréquenté une femme chinoise. Il renvoie à un article de 2016 (remarque: contient des images graphiques) sur le site d’actualités malaisien World Of Buzz, qui présente des captures d’écran d’une version étendue du film.

« Voleur avec Parang battu dans un bordel sanglant après un vol manqué au Sarawak », indique le titre. Un parang est un type de couteau et Sarawak est un état malaisien sur l’île de Bornéo.

« Un récent article Facebook de la page d’actualités en mandarin JBReport est devenu viral après que des vidéos d’un voleur battu à une pulpe sanglante soient apparues sur Internet (Sic)« , Lit-on dans l’article.

Le post Facebook du 1er août 2016 présente trois vidéos différentes de l’attaque prises sous différents angles. Il dit que l’homme agressé a été volé dans un magasin à Kuching, la capitale de l’État du Sarawak en Malaisie.

« En prenant la justice entre leurs mains, les propriétaires de magasins en colère ont frappé le voleur avec des tuyaux en métal », explique l’article de World Of Buzz.

Capture d’écran de l’article, prise le 24 avril 2020

Selon le journaliste de l’AFP Fact Check, Ching Yee Choo, qui couvre la Malaisie et Singapour, le groupe qui attaque l’homme parle le malais et un dialecte du sud-est asiatique, le hokkien. Il a choisi les mots « vol » et « tricheur ».

« Tu es bon pour voler, hein? » demande l’un des hommes.

Journal local The Borneo Post a rendu compte (en malais) de l’attaque dans un article du 2 août 2016, qui fournit une version différente des événements.

Selon le rapport citant la police locale, l’homme de 44 ans se trouvait dans une salle de jeux avec un ami lorsque cinq hommes sont entrés, l’ont sorti et ont attaqué. Les hommes ont volé son téléphone portable et de l’argent et ont vandalisé sa voiture, dit l’article.

« Les cinq suspects ont accusé les hommes de vol », explique le chef de la police du Sarawak.

Sur une page Facebook intitulée « Sarawak Viral », l’AFP a trouvé un post en date du 2 août 2016 décrivant l’attaque. Le message présente une photo d’une voiture avec du verre brisé garée contre un mur avec le même motif jaune et noir que le film montrant l’homme attaqué.

Capture d’écran d’une publication Facebook (à gauche) et de la vidéo montrant l’attaque (à droite), réalisée le 24 avril 2020

L’AFP Fact Check avait précédemment dévoilé une vidéo qui prétendait montrer des Kenyans et des Chinois combattant à Wuhan, la métropole chinoise à l’épicentre de l’épidémie.