mai 17, 2020 Par sexe2 0

Les autorités étrangères expriment leur soutien et leur solidarité aux LGBTQI + en Géorgie

Les ambassadeurs de l’UE, des États-Unis, du Royaume-Uni et des Nations Unies, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires étrangers, « ont salué les efforts » entrepris par le gouvernement géorgien pour aider la communauté LGBTQI + et d’autres groupes vulnérables et marginalisés  » pour surmonter la pandémie, « les exhortant » à écouter leurs voix et à satisfaire leurs besoins sans préjugés ni discrimination « .

Aujourd’hui marque 30 ans depuis la santé dans le monde Organisation reconnue que l’homosexualité n’est pas un trouble mental.

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie (IDAHOBIT), nous exprimons notre soutien et notre solidarité avec la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer et intersexuée (LGBTQI +) en Géorgie « , se lit dans la déclaration commune.

Notant que l’IDAHOBIT de cette année « passe dans l’ombre de la pandémie de COVID-19 », des responsables étrangers ont déclaré que « personne n’est à l’abri de la menace pour la santé, ni des risques de subsistance qui résultent des mesures. taxes pour arrêter l’épidémie. « 

À cette date de l’année dernière, la communauté internationale en Géorgie a évoqué la discordance entre les larges protections des droits de l’homme consacrées par la loi, y compris l’interdiction de toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre et les préjugés et Violence de routine à laquelle les personnes LGBTQI + sont confrontées dans leur vie quotidienne « , ont-ils déclaré.

Se félicitant des mesures prises depuis lors, les responsables étrangers « attendent avec impatience des engagements et des actions rapides et coordonnés pour mettre en œuvre ce plan ».

Ils ont déclaré que les responsables gouvernementaux à tous les niveaux « doivent travailler résolument pour créer les conditions » pour permettre aux personnes LGBTQI + « d’exercer leurs droits et d’exprimer leur identité sans risque ni crainte ».

Mais la responsabilité ne s’arrête pas là. Les dirigeants religieux et communautaires, la société civile et le grand public jouent tous un rôle crucial dans la création d’un climat de tolérance en Géorgie « , ont ajouté des responsables étrangers.

La déclaration conjointe note également que la pandémie de COVID-19 « a montré la Géorgie à son meilleur, avec des individus agissant en solidarité pour garantir que leurs actions ne mettent pas en danger les autres ».

Pour l’avenir, ont-ils déclaré, « cet esprit doit embrasser toute la diversité de la vie géorgienne, y compris les individus LGBTQI + », « dans l’intérêt de construire une société harmonieuse et résistante ».